Le phoque barbu

 

Le phoque barbu, Erignathus barbatus, est l’une des dix-huit espèces de la famille des Phocidés. Il est l’unique représentant du genre Erignathus. Parmi les familles de phoques présent en arctique on trouve le phoque marbré, le phoque annelé, le phoque du Groenland, le phoque gris, le phoque veau-marin et finalement le phoque barbu.

Le phoque barbu est le plus grand des phoques après l’éléphant de mer. Il peut mesurer plus de 3.5 mètres de longueur. Il est capable d’atteindre jusqu’à 200 mètre de profondeur pour se nourrir. Le phoque est un animal plutôt solitaire. Il est fréquent d’en trouver au repos sur une plaque de banquise.

 

Phoque barbu au repos sur la banquise – Archipel du Svalbard

Caractéristiques

D’une longueur comprise entre 2.5 à 3.5 mètres, le phoque barbu à un corps fusiforme. Quatre nageoires permettent au phoque barbu de se déplacer. Dans l’eau le phoque barbu est un bon nageur. Il utilise ses nageoires postérieures pour se propulser et ses nageoires antérieures pour se diriger. Hors de l’eau, le phoque barbu se déplace par reptation en s’aidant de ses deux nageoires antérieures.

Nourriture

Le phoque barbu se nourrit essentiellement de mollusques et de crustacés. Certain poisson font également partie de son alimentation régulière.

Reproduction

La période de reproduction du phoque barbu a lieu entre mars et juin. La femelle donne naissance à un seul petit après une période de gestation de 11 mois.

Menaces (tous les phoques)

Comme pour toute la faune arctique, les phoques sont exposés à la pollution croissante des mers. Les substances toxiques se concentre alors dans leurs graisses et contamine à leur tour leurs prédateurs comme l’ours blanc.

Les phoques souffrent également du réchauffement climatique qui a un impact direct sur leur habitat, la banquise. L’augmentation importante de la température des mers arctique à également une conséquence sur la diminution de la nourriture des phoques.

Parallèlement, les phoques souffrent des activités humaines, comme la chasse et la pèche. Il n’est pas rare que des phoques soient piégés dans des filets et meurent asphyxiés ou blessés.

Les élevages de poissons, notamment de saumons, attirent les phoques en quête de nourriture. Il semblerait que ces derniers soient « massacrés » par les éleveurs s’ils s’approchent de leurs bassins. Depuis 2010, plusieurs milliers de phoques (même protégés) auraient étés tués pour protéger les élevages.

Quelques images