Le renard polaire

 

Le renard polaire, Vulpes lagopus, appelé également renard arctique ou encore renard isatis, est un animal présent uniquement dans l’hémisphère nord et notamment dans les régions situées autour du pôle Nord.

Le renard polaire habite dans un environnement où les températures peuvent descendre très largement en dessous de 0° Celsius. Il est capable de résister à des températures pouvant atteindre les −50 °C. Cet animal n’a que peu de prédateurs à l’exception de son « grand frère », le renard roux qui, en raison du réchauffement climatique et de l’extermination du loup gris, colonise de plus en les régions froides et attaque les jeunes portées de renards polaires.

Deux renards polaire à l’affut dans une falaise de mouettes tridactyle – Archipel du Svalbard

Par le passé le renard polaire était prisé des amateurs de fourrure et a fait l’objet d’élevages importants. Attaquant les moutons pour se nourrir, le tir à vue ou les pièges à renards sont autorisés dans certaines régions habitées du nord de l’Europe.

 

Répartition

Les renards polaires sont présents dans toutes les régions de l’arctique. On trouve donc le renard polaire en au Svalbard, en Russie, en Alaska, au Canada, au Groenland mais également en Islande et en Scandinavie.

Le renard polaire n’est pas considéré comme une espèce menacée par l’IUCN. Il est difficile d’évaluer le nombre d’individus, ceux-ci variant de façon importante d’une année à l’autre. En effet, bien que les renards polaires puissent se reproduire rapidement, la mortalité des jeunes durant leur première année est très importante.

Parallèlement le renard roux, plus grand que le renard polaire, étend son territoire et colonise, petit à petit, celui du renard polaire. Les jeunes renards polaires sont en effet une proie très facile du renard roux.

Certaines régions du nord de l’Europe ont autorisés la chasse au renard roux dans zones historiquement dévolue aux renards polaires.

Description

Le renard polaire mesure entre 50 et 100 centimètres pour un poids d’environ 5 Kg. Son espérance de vie est d’environ 12 ans.

Sa fourrure lui assure une isolation thermique adéquate pour affronter le froid extrême des régions polaire. Afin de s’adapter à l’environnement, son pelage change de couleur en fonction des saisons. En été, il est de couleur gris-brun alors qu’en hiver il deviendra blanc, afin de mieux se fondre dans les paysages de neige.

Il se nourrit principalement de jeunes oiseaux et d’œufs. En fonction des régions, les lemmings font également partie de son alimentation à l’instar des lièvres polaires.

Reproduction

Le renard polaire se reproduit pendant la saison hivernale. Après l’accouplement, le période de gestation dure 52 jours. Les portées sont généralement comprises entre 6 et 10 renardeaux. La naissance à lieu dans un terrier creusé dans le sol. Il n’est pas rare qu’une famille soit contrainte de déménager en fonction des dangers et notamment la présence de renards roux. Généralement, il ne survit que quelques renardeaux par portées, les autres faisant le bonheur de leurs prédateurs.

Les taches d’éducation des jeunes et de la chasse sont réparties entre les parents.

Renard polaire dépeçant un jeune Guillemot au pied d’une falaise- Archipel du Svalbard

Menaces

Le renard polaire, n’est pas considéré comme étant une espèce critique par l’IUCN. Le réchauffement climatique a toutefois un impact important sur les populations de renards polaires, avec la colonisation progressive de ses régions d’habitat par le renard roux.

Quelques images