LE MANCHOT DE MAGELLAN

Le Manchot de Magellan, Spheniscus magellanicus, est un oiseau « marin » d’origine sud-américaine. Il se reproduit en Patagonie Argentine et Chilienne ainsi qu’aux îles Malouines.

Le manchot de Magellan est un bon nageur
Baignade matinale d’un manchot de Magellan- Île de Bleaker, Îles Malouines

Caractéristiques

Le manchot de Magellan peut faire jusqu’à 75 centimètres pour un poids d’environ 4 Kg.

Sa tête est noire entourée d’une bande blanche caractéristique. Son dos est noir et son ventre blanc. Deux bandes noires descendent de part est d’autre de sa poitrine depuis sa tête. Son bec est assez massif.

 

A l’instar de tous les manchots, Il est difficile de différencier la femelle du male bien que ce dernier soit généralement plus gros.

Répartition et habitat

Le manchot de Magellan niche principalement en Patagonie Argentine et Chilienne.

Des colonies sont également présentes sur les îles Malouines. Le manchot de Magellan hiverne en mer et remonte en direction du sud jusqu’à la hauteur du Brésil, de l’Uruguay ou du Pérou.

Alimentation

Son alimentation est constituée principalement de poissons. Il se nourrit également de calmars et de krill.

 

Très bon nageur, il peut attendre près de 25 km/h ainsi que plonger jusqu’à 75 mètres pour atteindre ses proies.

Reproduction

Le manchot de Magellan reste attaché à sa colonie tout au long de sa vie. C’est le mâle qui prépare le nid, généralement une sorte de terrier creusé au pied d’un rocher, sous la racine d’un buisson ou dans une fissure de terrain.

 

Le manchot de Magellan est également fidèle à sa partenaire qu’il retrouve chaque année. La femelle pond deux œufs qui sont couvés à part égale par le couple.

 

Après l’éclosion des œufs, c’est à tour de rôle qu’ils se relaient pour garder et nourrir leurs jeunes.

Menaces

La principale menace qui pèse sur le manchot de Magellan est la pollution marine croissante.

 

Parallèlement la pêche industrielle intensive réduit la nourriture disponible. Il n’est malheureusement pas rare que des manchots de Magellan soit pris dans les filets et meurent de noyade.

 

Facilement accessible, certaines colonies sont la proie d’un tourisme de plus en plus oppressant et non respectueux des animaux. Certaines personnes n’hésitent pas à faire main basse sur un œuf comme souvenir de vacances…

L’augmentation des pluies en période de couvaison peut également avoir des conséquences dramatiques pour les poussins qui meurent de froids ou de l’effondrement des terriers.

 

En 2018, le statut de conservation UICN est de Quasi menacé

 

Ci-dessous, quelques photos du manchot de Magellan dans son habitat naturel

error: Content is protected !!